Coup de projecteur aujourd'hui sur un thé blanc, une couleur dont la définition fait toujours débat parmi les experts mais dont les qualités gustatives font l'unanimité. A l'origine, il s'agit d'une récolte de printemps où l'on sélectionne uniquement les bourgeons du théier : la quantité produite est donc extrêmement limitée et était autrefois réservée à l'empereur. A peine flétri au soleil, la saveur du thé blanc est la plus subtile de toutes les couleurs de thé, mais cette légèreté ne signifie pas pour autant que le thé manque de goût ! Le thé blanc que nous avons choisi vient du Yunnan. Cette région d'origine du thé en Chine est plutôt connue pour ses thés noirs, tandis que le savoir-faire du thé
Darjeeling est sans doute l'origine de thé la plus réputée : ancienne résidence d'été des colons de l'Empire britannique, cette région enclavée sur les premières hauteurs de l'Himalaya entre le Népal, le Bhoutan et le Bangladesh produit des thés connus pour leur goût rappelant celui du muscat. Du thé amer du matin aux "first flush" qui font l'événement chaque année, Darjeeling est omniprésent dans nos tasses. Aujourd'hui, nous avons choisi de comparer deux récoltes de printemps (les fameuses "first flush") du jardin de Puttabong -- une de l'an dernier et une de cette année. On entend souvent que ces premières récoltes, prisées pour leur fraîcheur, perdent tout intérêt quelques mois plus tard et doivent donc être consommée très rapidement. Il est exact