Si je vous dis "puerh", à quoi pensez-vous ? A une galette, une infusion extrêmement dense et riche en saveurs tourbées rappelant une écurie ? Vous n'auriez pas tort : c'est d'abord ainsi que la grande famille des thés post-fermentés s'est faite connaître en Europe. Qu'il s'agisse des briques consommées en Union Soviétique ou des soucoupes redécouvertes en Chine dans les années 1990 puis portées aux nues par les collectionneurs, le puerh s'aborde parfois plus comme un concept qu'un plaisir en tasse. Au bout du processus de fabrication, on fait en sorte que le thé conserve une humidité résiduelle qui va lui permettre de mûrir au fil du temps : c'est la fermentation qui, comme pour un bon vin, donne de