Comment préparer un bon thé glacé ?

Comment préparer un thé glacé ? (et ses avantages)

Que ce soit l’été ou non, il est toujours agréable d’avoir une boisson rafraîchissante et savoureuse sous la main : après une séance de sport ou pour accompagner un bon bain chaud, par exemple. Le thé glacé est un petit bonheur valable en toutes saisons, mais qui n’est vendu que pendant l’été. Des alternatives en poudre existent, mais industrielles et très sucrées : on s’éloigne de la boisson douce pour revenir vers le soda. Alors comment s’affranchir du marketing saisonnier et profiter au mieux des belles saveurs du thé ?

D’abord, il faut garder à l’esprit que n’importe quel thé ou infusion peut se transformer en boisson glacée pourvu qu’il soit en feuilles (ou en morceaux pour les infusions). La seule différence entre thé chaud et thé froid concerne le mode de préparation, mais il n’y a pas de mélange spécialement conçu pour l’un ou l’autre. Les vendeurs sélectionnent simplement les parfums fruités et acidulés qui plaisent le plus à la belle saison et les conditionnent dans des sachets plus gros pour infuser de grandes quantités. Ainsi, sentez-vous libre de choisir votre rafraîchissement parmi tous les thés et infusions de votre comptoir favori, comme d’habitude.

Ceci posé, quelques recommandations s’imposent quand même.

Méthode

On se dit souvent qu’il doit suffire de mettre du thé infusé chaud au congélateur ou bien de rajouter des glaçons pour obtenir rapidement un thé glacé. Il sera effectivement froid, mais il y aura aussi de grandes chances qu’il soit mauvais. Le temps que les glaçons fassent effet, le thé aura déjà commencé à s’oxyder, et le changement de température achèvera de le faire tourner. C’est une préparation que vous devriez réserver aux thés dont vous avez déjà identifié qu’ils restaient bons en refroidissant, quand vous avez oublié votre tasse la dernière fois.

La façon la plus respectueuse et durable de préparer un thé glacé consiste en une infusion à froid de 8h à 12h, c’est-à-dire toute la nuit au frigo. Une cuillère à soupe de feuilles ou 2-3 infusettes normales pour 1L à 1L30, de l’eau fraîche et hop! le temps fera son oeuvre pendant que vous dormez. Cette méthode possède plusieurs avantages liés :
– étant solubles à chaud, la caféine et les tanins passeront difficilement dans l’infusion : vous n’aurez presque pas d’amertume et le thé ne vous excitera pas (sauf cas particuliers), donc impossible de “surinfuser” votre boisson !
– une infusion lente et longue permet de développer pleinement tous les arômes du thé : s’il est parfumé, une saveur n’empiétera pas sur une autre comme cela peut être le cas à chaud. Les goûts étant également plus légers, cette diffusion maximale des saveurs ne saturera pas vos papilles mais vous permettra au contraire de profiter de toutes les nuances.
– plus le thé est froid, plus il se conserve longtemps : 48h à 72h pour une infusion à froid, contre quelques heures max. pour l’infusion refroidie que l’on évoquait plus haut.

Si vous avez oublié de lancer votre infusion la veille au soir, vous pouvez faire la même opération mais en laissant la bouteille dehors, à température ambiante : l’infusion sera prête entre 2h et 4h et se conservera 24h environ.

Quels thés / infusions s’adaptent le mieux ?

En infusions (sans thé) :
– les carcadets (à base d’hibiscus) pour une boisson très acidulée
– les rooibos pour une boisson au goût naturellement sucré/vanillé
– les tisanes (verveine, tilleul, menthe, camomille, etc) pour une boisson très rafraîchissante et peu sucrée

En thé nature :
– un thé noir de Ceylan pour une boisson au bon goût de thé rond et rappelant le miel
– un thé vert (Chine, Japon, Corée) pour un goût végétal : c’est une excellente occasion de les redécouvrir si vous trouvez les thés verts amers et/ou astringents d’ordinaire, car ils deviennent tout doux ! Eviter cependant le Gunpowder et le Yunnan qui ne sont pas faits pour et deviendront amers.
– un thé oolong : naturellement pauvres en amertume et riches en saveurs, allez-y les yeux fermés ! (notes de fruits rouges pour les oolongs très oxydés, de fleurs pour les faiblement oxydés)

En thés parfumés :
– ce que vous voulez ! En gardant à l’esprit que les parfums seront moins intenses que à chaud (surtout dans le cas des thés noirs)
– éviter les bases de thé suivantes : vert du Yunnan, vert du Vietnam, noir de Chine seul.

Ensuite, libre à vous de laisser jouer votre inspiration pour combiner vos thés glacés à des jus de fruits, des sirops ou des spiritueux pour des cocktails originaux !

Lauren PASCAULT
Lauren PASCAULT
Passionnée de thé et formatrice.