Kodama, Paris

Partis d’un rêve financé par la communauté Kickstarter, Kodama incarne l’histoire de deux amis (Vincent et Martin) tombés amoureux du monde infini de l’infusion. Le discours de l’enseigne joue donc naturellement la carte de l’émerveillement et de la découverte, reprenant le nom d’un esprit habitant les arbres dans le folklore japonais.
L’intérieur fait écho à l’esthétique nipponne : extrême sobriété du béton poli, réchauffé par les meubles en bois clair auxquels répondent les éprouvettes et les bocaux. Remplis de liquides mordorés, ils évoquent à la fois la palette infinie des saveurs et les jeux de mélanges d’un petit chimiste.
La carte dément cependant la profusion potentielle en s’astreignant à une dizaine de références aux caractères marqués. Les parfumés bien prononcés partagent la vedette avec des natures allant du sencha quotidien au oolong haut-de-gamme, le tout accompagné de descriptions flatteuses qui les mettent sur un pied d’égalité. Comme le prix d’une tasse se définit à la quantité et non à la valeur du thé, le choix se fait uniquement selon ses goûts et facilite ainsi la découverte.
L’infusion servie est parfaite car apportée une fois terminée ; ce manque de liberté pour les puristes est tempéré par la quantité (35cL) qui permet difficilement la réinfusion.

Kodama fait un très bon travail de démocratisation du thé et des infusions sans discrimination ; la fraîcheur du lieu et la passion attentive des fondateurs s’y ressentent. On regrette juste le décalage entre sa réalité d’honnête salon de thé et un discours de pionniers où l’exceptionnel en filigrane grève sa crédibilité.

30 rue Tiquetonne, 75002 Paris

Lauren PASCAULT
Lauren PASCAULT
Passionnée de thé et formatrice.