Les Terroirs

Ci-après les ateliers passés qui ont trait à l’exploration d’une origine particulière.

Darjeeling : un terroir en constante mutation

Darjeeling ! Un nom qui fait rêver : chaque printemps, le « champagne du thé » passionne les amateurs, et chaque boutique propose sa sélection de jardins. Mais il n’en a pas toujours été ainsi : le nord de l’Inde, que représente aussi la région d’Assam, est associé à la production de thé « anglais » noir, mélangé ou non, destiné à recevoir un nuage de lait. De la production coloniale à l’hyperconcurrence raffinée des 87 jardins aujourd’hui, l’histoire de Darjeeling est riche en rebondissements qui éclairent les enjeux de la culture du thé de qualité. Respect de l’environnement, conditions de travail, nouvelles couleurs de thé, communication — tous les moyens sont bons pour se démarquer et séduire les acheteurs étrangers.

Face à cette surenchère là-bas et au marketing parfois absurde ici, à quels critères se fier pour acheter « son » Darjeeling ? Cet atelier fait le point sur la spécificité de ce terroir unique et de sa production emblématique, comparant dégustations à l’appui les différences de récoltes, de jardins, de fraîcheur et de couleur. Une fois un Darjeeling choisi en connaissance de cause, il s’agira de déterminer comment le préparer selon le caractère que l’on souhaite lui faire exprimer : c’est un thé aux visages multiples qu’il faut prendre le temps de connaître…


Les thés de la Vallée du Rift

aviez-vous que l’Afrique compte parmi les plus grands producteurs de thé ? Des quantités massives qui constituent une bonne partie des mélanges de petit-déjeuner, mais pas seulement : les pays qui frangent la Vallée du Rift, à l’est du continent, cherchent depuis trente ans à se différencier et à sortir de l’héritage colonialiste — un parcours émaillé de beaux succès malgré les embûches. Reste qu’aujourd’hui, les bonnes pratiques et l’innovation dans la culture du thé se retrouvent autant (si ce n’est plus) au Rwanda, au Malawi ou au Kenya qu’en Inde ou en Chine.

En deux heures, vous goûterez lors de cet atelier la variété des couleurs et des qualités des thés d’Afrique, replacés dans le contexte historique et social de chaque pays qui impacte directement la production, le commerce et donc votre consommation. Ce sera l’occasion de vous familiariser avec un territoire encore méconnu à travers les dégustations comparatives de plus d’une douzaine de thés, six pays, cartes géographiques et images à l’appui pour étayer ce grand voyage des papilles !

Exemples de sujets abordés :
– Pourquoi la Vallée du Rift est-elle si favorable à la culture du thé ?
– Pourquoi les thés d’origine africaine ne sont-elles pas plus visibles ?
– Que valent vraiment les thés d’Afrique par rapport aux origines établies comme l’Inde ou la Chine ?


Découvrez les thés de Chine

La Chine. Immense, mystérieuse, forte de trois millénaires d’art et d’Histoire. Au cœur de sa culture et de ses légendes : le thé. C’est de l’Empire du Milieu qu’il tire ses origines botanique et commerciale, devenant la cause ou le témoin d’événements historiques d’ampleur internationale. Les montagnes embrumées des estampes sont surtout les seules au monde à cultiver toutes les couleurs de thé au plus haut niveau de savoir-faire. Cela en fait un territoire très prisé, mais impressionnant pour l’amateur.

Cet atelier se veut un voyage gustatif à travers les principales régions productrices et leurs thés emblématiques, qui nous donneront l’occasion de comparer les méthodes de préparation chinoise et européenne.

Sujets abordés :

­‐ Pourquoi  la  Chine  est-elle  le  pays  le  plus  important  de  l’économie  du  thé  ?
-­ Quelles  sont  les  caractéristiques  des  grands  classiques  du  thé  chinois?
-­ Approximation,  falsification…  Comment  acheter  en  confiance  ?
-­ Différentes  façons  de  bien  préparer  ses  thés.
Lauren PASCAULT
Lauren PASCAULT
Passionnée de thé et formatrice.