Au milieu de la vivante rue Caulaincourt, juste au-dessus de la station Lamarck, c’est une petite boutique fraîche et pimpante qui attire le passant : chaise et table de jardin à la porte invitent à ralentir l’allure et à croiser le sourire de François, qui vous propose d’emblée une tasse de thé. Fort de son expérience au Palais des Thés, c’est en 2013 qu’il décide de donner corps à son idéal : proposer la plus large gamme possible de thés et infusions issus de l’agriculture biologique au sein d’une offre généraliste de qualité, qui fait également la part belle aux gourmandises comme le chocolat ou le miel. Sur 200 références, les 60% environ de bios incluent aussi bien des thés d’origine que
Comme son nom le suggère, Fauve est un lieu libre, qui échappe aux définitions mais auquel on revient toujours. L'espace est double : mi-salle des ventes, mi-bar à thé (et jus, cafés, planches de fromage ou charcuterie). Aux manettes de la partie café règne Céline Moret, qui a aussi fondé en famille le site A l'Unithé.com, où l'on peut composer un coffret personnalisé de différents sachets de thé. Fine connaisseuse et débordante d'énergie, elle est l'âme du lieu et compte bien y développer d'autres facettes : des animations et des ateliers autour du thé sont prévus, ainsi qu'un espace de boutique éphémère pour des enseignes de thé en ligne. Fauve marque d'abord pour son accueil hors pair : chaleureux, avec un
La rue des Martyrs est décidément un lieu de perdition pour les amoureux du thé : Neo T en haut, l'adorable vaisselle d'A ma Table au milieu, enfin Collection T. en bas. Jeune enseigne d'abord installée à Nice, c'est la fille des fondateurs qui prend la responsabilité de ce petit havre de paix au coin de la rue Condorcet. L'intérieur blanc et reposant s'orne de grandes lanternes de tissu et de paniers suspendus, dans une ambiance évanescente mais toute simple. Une bouilloire chauffe au comptoir pour de mini-dégustations improvisées. La vaisselle suit les tendances en sélectionnant des pièces fines et élégantes qui répondent à la subtilité des mélanges parfumés mis à l'honneur au comptoir, gourmands ou fleuris selon la saison. Quelques
Partis d'un rêve financé par la communauté Kickstarter, Kodama incarne l'histoire de deux amis (Vincent et Martin) tombés amoureux du monde infini de l'infusion. Le discours de l'enseigne joue donc naturellement la carte de l'émerveillement et de la découverte, reprenant le nom d'un esprit habitant les arbres dans le folklore japonais. L'intérieur fait écho à l'esthétique nipponne : extrême sobriété du béton poli, réchauffé par les meubles en bois clair auxquels répondent les éprouvettes et les bocaux. Remplis de liquides mordorés, ils évoquent à la fois la palette infinie des saveurs et les jeux de mélanges d'un petit chimiste. La carte dément cependant la profusion potentielle en s'astreignant à une dizaine de références aux caractères marqués. Les parfumés bien prononcés partagent la
C’est par un heureux hasard que j’ai poussé la porte de ce temple du thé de l’Orient français. A la faveur de la nuit tombante, l’intérieur s’auréolait d’une douce lumière qui soulignait théières et autres jarres pleines de promesses ; et sur la vitrine, l’inscription « thé de roche »… Comment résister ? Immédiatement, c’est la taille humaine de la boutique qui m’a plu : la décoration est celle d’une maison raffinée avec des meubles en bois ouvragés où de larges fauteuils invitent à prendre son temps, tandis que les objets semblent avoir été disposés par un collectionneur amoureux plus qu’au nom d’une quelconque logique de vente. Petit comptoir à droite, table de dégustation à gauche, séparé par les étagères d’ustensiles, le reste de l’espace donnant