Nana Ding, Strasbourg

C’est par un heureux hasard que j’ai poussé la porte de ce temple du thé de l’Orient français. A la faveur de la nuit tombante, l’intérieur s’auréolait d’une douce lumière qui soulignait théières et autres jarres pleines de promesses ; et sur la vitrine, l’inscription « thé de roche »… Comment résister ?

Immédiatement, c’est la taille humaine de la boutique qui m’a plu : la décoration est celle d’une maison raffinée avec des meubles en bois ouvragés où de larges fauteuils invitent à prendre son temps, tandis que les objets semblent avoir été disposés par un collectionneur amoureux plus qu’au nom d’une quelconque logique de vente. Petit comptoir à droite, table de dégustation à gauche, séparé par les étagères d’ustensiles, le reste de l’espace donnant une impression de bazar organisé où tout peut se découvrir.

Je m’enquiers des thés de roche auprès de Nana Ding elle-même (je ne l’apprendrai que plus tard). Au fil de son explication concise, elle n’hésite pas à illustrer ses paroles en sortant plusieurs jarres de thé pour illustrer son propos. Il se dégage de sa personne une sorte d’intensité tranquille, une attention complète portée sur le défi de vous faire ressentir la merveille que sont ces simples feuilles, à partager avec vous sa passion. Installée depuis une dizaine d’année en France (maîtrise totale de la langue), elle retourne plusieurs fois par an en Chine pour ramener du thé et des objets, provenant souvent de sa famille. Je suis bien volontiers ses recommandations dès qu’elle m’annonce pouvoir descendre aux 30g pour les plus chers.

D’ailleurs, j’insisterai beaucoup sur le pari réussi de cette maison à la fois aussi spécialisée (thés de Chine triés sur le volet) qu’accessible : aucune honte à poser ses questions, possibilité de se faire plaisir à la hauteur de son budget (thé noir au litchi 6€, bourgeons sauvages délicatement citronnés 13€ pour 100g). Toute la journée, les clients sont également invités à tenter gratuitement une dégustation traditionnelle au fil des thés. On n’hésite pas à échanger des impressions, des recommandations – l’accueil chaleureux fait régner la convivialité, qu’il s’agisse d’habitants de Strasbourg ou de Parisiens ravis que leur travail les envoie par ici.

Je termine sur une mention spéciale pour les pots à thé : d’habitude tous identiques et rangés au millimètre, chez Nana chaque thé habite une jarre en céramique différente de taille, de couleur, de toucher… Avant même de les voir et sentir, ils ont déjà une personnalité !

Cliquez ici pour voir le site web

Lauren PASCAULT
Lauren PASCAULT
Passionnée de thé et formatrice.