Unami, Lille

Unami, c’est LA bonne raison de prendre un train. A 1h de Paris, au cœur du sympathique vieux quartier de la ville, une oasis de thé. Je qualifierais le lieu d’exhaustif avant tout.

La boutique est divisée en deux espaces égaux : le premier est réservé à la vente, avec le comptoir de vrac et les étagères d’accessoires, où la variété des modèles n’a d’égal que leur qualité. Traditionnels ou modernes (parfois hybrides !), alliant sobrement l’utile à l’esthétique. J’y ai vu de nombreux objets que je n’avais jamais croisé auparavant ; même si les prix se situent dans le haut du panier, c’est appréciable de pouvoir trouver autant de bonnes choses dans un seul lieu.

La carte des thés ferait quant à elle pâlir n’importe quelle maison parisienne : rien n’y manque ! A la proposition déjà dense de thés parfumés s’ajoute celle, la raison d’être d’Unami, des thés nature. Ils s’échelonnent lisiblement en cinq gammes de rareté/qualité et donc de prix : du quotidien en passant par le thé du dimanche jusqu’à l’exceptionnel, c’est toute la variété et la complexité du thé qui se détaille page après page, avec une attention spéciale portée aux terroirs de Chine et du Japon. Les annotations permettent de faire un choix informé seul si on le désire, mais l’idéal est de faire parler Jean-Benoît Bourel, fondateur d’Unami et intarissable source d’expériences informées sur le thé. Méthodes de culture, de transformation, de préparation, les nuances de terroirs… Rester assis dans un coin à l’écouter transmettre son savoir au fil des clients vaut largement le meilleur cours en la matière !

Il est secondé par une équipe attentive et à l’écoute, qui s’occupe également du service dans la deuxième section des lieux dédiée à la dégustation/restauration. On y accède par la transition symbolique d’un pont de bois, censé traditionnellement traverser un jardin qui se retrouve ici dans la courette sur laquelle donne cet espace élégant et clair. Bambous, azalée, quelques pierres et un peu d’eau – le ton est donné et trouve écho dans les encres exposées au mur, qui démontrent en trois coups de pinceau le concept japonais de perfection dans la simplicité.

J’ai décidé d’y goûter leur offre de déjeuner, entamée et accompagnée par un thé : un panier de bouchées vapeur et une brioche. Un rien frugal, mais extraordinairement savoureux. Chaque pièce est une fête pour les papilles : les textures surprennent et les parfums ravissent, et l’ensemble serait parfait si la vaisselle était à la hauteur. Au milieu de tant de discernement, cela m’a un peu choquée de voir la réserve d’eau servie dans un pichet en plastique jaune vif, le gaiwan un peu taché voire ébréché (on m’a gentiment prévenue que c’était cependant propre), et des baguettes jetables. Les clients d’une autre table ont reçu leur matcha-genmaïcha dans de mignonnes théières en grès, donc je penche plutôt pour un souci de gestion de vaisselle plus qu’un manque d’attention à ce sujet.

Cette note dissonante ne pèse de toute façon rien en regard des qualités immenses de cette maison lilloise !

Cliquer ici pour voir le site web

Lauren PASCAULT
Lauren PASCAULT
Passionnée de thé et formatrice.